Les Yeux de Lori Kuhler #09 : Deux voyages en Amérique Centrale (ou presque)

Double séance pour deux déambulations sonores très différentes dans leur conception.

20h30 : Corazon Road
Kristoff K.Roll | cinéma pour l’oreille | France | 1993 | 78 min
Corazón Road est un carnet de voyage musical d’Amérique centrale en décembre 1990 et janvier 1991. Ni document ethnologique, ni reportage journalistique, il est né d’une double oreille poétique et d’un double regard, rapide, étonné sur les gens, les choses, les paysages et les sons. C’est une réalité étrangère rencontrée par fragments, des mondes sonores captés quotidiennement au gré de deux subjectivités et du hasard. C’est un voyage et une musique entièrement réalisés à deux (notes de pochette). Kristoff K.Roll est un duo de musique électroacoustique né en 1990 à Paris qui réunit les musiciens Carole Rieussec et J-Kristoff Camps.

22h00 : Jamaica Heinekens In Brooklyn
Charlemagne Palestine | cinéma pour l’oreille | USA | 1988 | 60 min
Jamaica Heinekens in Brooklyn est une lente traversée de la Jamaica Day Parade, fête de la communauté caribéenne de New York. Ce 5 septembre 1997, Charlemagne Palestine se déplace à travers ce défilé qui réunit plusieurs millions de personnes. Sans autre transformation que le montage, il va garder soixante minutes d’enregistrements auxquelles il superpose un bourdon (drone) électronique typique de son approche sonore. L’excitation du carnaval se mue dès lors en une sorte de transe hypnotique dans laquelle on s’engourdit avec délices.

► accueil dès 20h00
► + d’infos : site internet de l’association

Les Yeux de Lori Kuhler #07 : Luc Ferrari

Presque rien
Luc Ferrari | docu sonore | France | 1968 -1998 | 70 min

Luc Ferrari (1929-2005) est un compositeur qui aura pratiqué différentes formes musicales, ainsi que la radio, la télévision et le cinéma, avec une curiosité constante et un non-conformisme salutaire.

Presque Rien N°1
Ou Le Lever Du Jour Au Bord De La Mer (21min11)
Enregistré sur l’île de Korcula (à l’époque en Yougoslavie) au cours de l’été 1968. Restitution la plus fidèle possible d’un village de pêcheurs qui se réveille (1970).

Presque Rien N°2
Ou Ainsi Continue La Nuit Dans Ma Tête Multiple (21min28)
Les éléments ressemblent à de la musique, mais nous plongent dans un univers de rêve : moment où les sons de la nuit réelle sont perçus à l’intérieur de la tête du compositeur (1977).

Presque Rien N°3
Avec Filles (13min54)
Conte poétique où les personnages sont des sons et où l’histoire ne se raconte jamais. Des jeunes filles sont présentes en une sorte de déjeuner sur l’herbe et donnent sans le savoir le spectacle de leur intimité au compositeur, caché (1989).

Presque Rien N°4
Ou La Remontée Du Village (16min)
Il s’agit du vieux village de Vintimille. Un vrai faux Presque rien où la réalité et le mensonge sont mêlés, comme dans les souvenirs (1998).

+ d’infos
► site internet de l’association

❖ Traitements Croisés ❖ 4/4

Traitement croisés
festival du 08 au 11 novembre
par le LABO CCP

❖ Samedi 11 : Projection MARATHON RELAIS + Ciné-Concert RENNE BLANC / Drive with a dead girl

► samedi 11 novembre

19h30 DIFFUSION 16mm
Marathon-relais de l’argentique

Diffusion des films réalisés pendant le festival par les marathoniens de la pellicule !

Toutes les heures pendant la durée du festival, un participant a tourné un film d’une minute et passé le relais au participant suivant, pendant que ce dernier développait son film. Les films sont diffusés ce samedi sur grand écran.

+ d’infos et inscription sur l’atelier

20h00 CINE-CONCERT

Le Renne Blanc
Erik Blomberg | fiction | Finlande | 1952 | 73 min

Mis en musique par le groupe Drive with a Dead Girl

Célébré à son époque par Jean Cocteau, Le Renne Blanc reste une œuvre unique et envoûtante. Inspiré d’une légende nordique invoquant chamans, sorcières et renne vampire, sublimé par un noir et blanc profond rendant grâce aux paysages neigeux de Laponie, le film rencontre aujourd’hui la musique du groupe Lillois Drive with a Dead Girl. Plongée hypnotique dans les ténèbres et sublimé par des images

Drive with a dead girl,
c’est Alexia (chant/harmonium), Matthieu (guitare/basse/choeurs), Jean (guitare/basse/choeurs) et Alix (batterie). Fondé en 2007 dans les froideurs des caves de Lille, le groupe fête ses dix ans cette année et à cette occasion sort son neuvième album Reign falls et propose le ciné-concert Le Renne Blanc sur la base d’une composition originale et dédiée à la légende racontée.
Drive with a Dead Girl : https://drivewithadeadgirl.bandcamp.com

 

buvette, petite restauration

+ d’infos :
► événement facebook

► site internet du labo ccp

 

 

ANNULE // Soirée autour de : Bow & the Boatless Pirates of Funk

SNIF, pour des raisons indépendantes de la volonté de l’organisateur, la soirée est malheureusement annulée.

 

concert
Bow & the Boatless Pirates of Funk

Ensemble funk qui rappelle les belles heures des 70’s, dans un mélange de compositions entraînantes et tournées vers le futur.
► facebook du groupe : facebook.com/Bowfunk21st/

projections

Arabic Circus

Jan Mocka, Johanna Bashke | docu | All. | 2016 | 42 min

Depuis le Printemps Arabe, Snoopy et ses amis rêvent d’un nouveau Maroc, qui permette l’épanouissement personnel et la promotion des arts et de la culture. Snoopy a 26 ans, veut devenir artiste de cirque, mais au Maroc, ce n’est pas si simple. Un film sur la seule école de cirque du Maroc et peut-être sur la plus grande moustache hipster en Afrique du Nord… !

Funkin Tamelalt

Bow & the Boatless Pirates of Funk, Hussein Safir, Lahcen Akil | docu | Fr. | 2017 | 40 min

La rencontre entre le funk lillois et le chaâbi marocain. En sillonnant le Maroc et ses scènes alternatives, le groupe BOW fait la rencontre des musiciens Lahcen Akil et Mohammed Saphir. Ce documentaire retrace la rencontre entre deux univers musicaux qui se lient quelque part sur les traces du funk psychédélique marocain des 70’s ; à la recherche d’un renouveau musical aux racines profondes à la fois funk, populaires et punk dans le fond de l’âme.

 – Interlude acoustique par Bow (25 min) –

Hors Cadre

El Mahdi Lyoubi, Houda Abouz, Mehdi Lahmoum  | docu | Maroc | 2016 | 19 min

Le festival Hardzazat promeut la culture Underground à Ouarzazate, ville et région où il ne se passe rien sur le plan culturel. L’équipe est bénévole et le festival autogéré, avec la volonté d’offrir aux jeunes artistes marocains un grand espace d’échange culturel. Le documentaire D.I.Y. réalisé par des étudiants en cinéma nous plonge dans les « coulisses » du festival, avec ses aspirations et ses réalités.

buvette, petite restauration

L. Subramaniam, un violon au cœur

L. Subramaniam, un violon au cœur
Jean-Henri Meunier | docu | Inde, France | 1999 | 74 min

Musique indienne, fusion, musique classique, le son extraordinaire du violon de Lakshminarayana Subramaniam résonne d’Est
en Ouest. Il improvise avec ses amis Jean-Luc Ponty à Paris, ou Yehudi Menuhin à Londres ; il enregistre avec un grand orchestre symphonique français à Bangalore (Inde du Sud) ou initie ses enfants à l’art du violon dans la maison familiale. S’il est le portrait d’un musicien révolutionnaire – un virtuose accompli, un créateur intarissable – le film n’en reste
pas moins proche de l’homme lui-même, figure emblématique de l’un des pays les plus fascinants du monde.

buvette

►Pour compléter la projection, Attacafa programme un concert du groupe Dakshin à la Maison Folie de Wazemmes  le vendredi 14 avril à 20h

LIVE VIDEO > Infinites réflexions

Infinites réflexions
LP de Adrien KANTER
Présentation du disque au public et live sur fond de projection vidéos élaborées spécialement à cet effet.

Adrien Kanter est un musicien autodidacte et éclectique qui débute la musique à 20 ans (guitare, trompette, synthétiseurs). Aussi à l’aise en musique électronique, qu’en rock –improvisé ou non- il a monté Deux Fois (folk), Testa Rossa (rock) ou encore Eddie 135 (ambiant). Il collabore régulièrement avec des metteurs en scène de compagnies telles que Das Plateau, Si vous pouviez lécher mon cœur ou le Service des Urgences poétiques.
Il compose des bandes-son pour le spectacle vivant (danse et théâtre), pour des fictions radiophoniques et pour le cinéma (il a notamment été primé en 2013 pour la musique de Mitclan, court-métrage d’Augustin Gimmel).
« Infinites réflexions » est son premier album solo.

+ Projections surprises, expo, stands de disques et de productions de structures amies …

buvette, petite restauration

+ d’infos : le site d’Adrien Kanter

 

La Traversée de la Chrysalide + Cosmic Panda Blues Revisited by M.Joly

► 20h30   PROJECTION 
La Traversée de la Chrysalide
Maïté Haddad | clip musical | Fr. , Bel. | 2016 | 7 min

Conçu en deux parties, le clip est conçu comme un voyage initiatique dans l’univers du groupe Kosmosuna, à travers les notions de rupture et de renaissance. Une tribu d’indigènes évoluent dans un univers mêlant codes ancestraux et traitement contemporain, à travers une chorégraphie libre, savant mélange entre danse-contact et sens animal.

► 21h00 LIVE VIDEO
Cosmic Panda Blues
Revisited by M.Joly
par Kosmosuna | 50 min

Une musique mêlant chamanisme et pop, dans un univers aérien, berçant l’errance imaginaire d’un Panda au travers de différents tableaux d’un univers fantastique. Un rêve éveillé, cauchemar réaliste ; un voyage qui raconte l’enfermement, l’appel du sauvage, la folie de l’identité et tout ce que le public sera libre d’y interpréter.
+ expo des éléments du tournage: costumes , storyboard, photo du tournage… Visible du 06 au 13 janvier

buvette, petite restauration
janv-06_dick_kosmo-sunaweb

janv-06_dick_kosmosunaweb
+ d’infos :
► le soundcloud de Kosmosuna
► l’événement facebook de la sortie

CINÉ CONCERT “Steamboat Bill Jr.”

 ciné-concert     Steamboat Bill Jr.
Charles Reisner, Buster Keaton | fiction | USA | 1928 | 71 min
muet accompagné de cartons en V.O, sous-titrés en français

Accompagnement musical en direct par
►Stefan Orins (piano)
► Eric Navet (vibraphone, marimba, batterie)

LE FILM
Le jeune William Canfield, de retour de la ville où il a fait ses études, retrouve son père marinier sur le Mississippi. Celui-ci possède un vieux rafiot, le Steamboat Bill. William tombe amoureux de Kitty, la fille du riche propriétaire de la compagnie de navigation concurrente, au grand désespoir de son père.

LA MUSIQUE
La musique au service du film, telle est la démarche de Stefan Orins et Eric Navet dans leur travail sur le Steamboat Bill Jr. L’image y est sonore, rythmée d’une foule de gestes et d’acrobaties. Les musiciens font parler les images, soulignent chaque détail, chaque geste, et suivent “à la note” les péripéties d’un Buster Keaton aventurier malgré lui.

Suivi d’une rencontre

janv-05_mu-zzix_st-eamboat

+ d’infos : le site de Muzzix

“Labour # 2” + “Les tripes à l’air”

20h00 COURT METRAGE
Labour # 2
Elodie Verdier | anim | France | 2013 | 7 min 53

– en présence de la réalisatrice –

Depuis 2001, Élodie Verdier consacre la majeure partie de son travail à « l’installation marionnettique», autour duquel elle met en place des installations / performances in situ. À l’aide de divers instruments, elle suggère dans un moment quasi intimiste, des états frôlant la fragilité, l’étrange, qui s’inspire de ses questions sur la condition humaine.

Une femme (marionnette en bois) se trouve dans la salle d’accouchement d’un hôpital. Elle est sur le point de donner naissance à un enfant. Elle est  en plein «travail» et se débat avec les contractions que subit son corps. Elle va vivre 3 contractions chacune plus longue que la dernière. Nous nous positionnons en spectateur de la scène. Nous observons le processus d’une naissance. Elle vit l’action et nous la regardons.

Suivi d’une discussion sur l’accès à l’art et à la culture des femmes incarcérées, en présence de :
► Elodie Verdier, réalisatrice
► les associations Parcours de femmes, Coup de paillettes et l’Inter(s)tisse,
► le SPIP – Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation [sous réserve]

21h00 CINE TOUR DE CHANT
Les tripes à l’air
Chansons barbares populaires
par Louise Bronx & Martin Granger
Compagnie Métalu A Chahuter | 50 min

Des sujets saignants…

Il faut entendre ces « chansons barbares populaires » comme un appel au bon sens, au bon goût ! Car le peuple en a assez du matraquage médiatique à coup d’anaphores de café, marre des vers moulus, ras-le-bol des rimes qui soient autant de crimes, par-dessus la tête des mièvres thèmes genre « je t’aime »… rien qu’outrages à l’intelligence, à la dignité, à l’élémentaire humanité. Renouons, en un style irréprochable, avec la puissance des mythes qui nous rongent : éros beef, thanatos à moëlle, et divers sujets saignants mais de haute moralité.

…pour un récital à point

Justement, toute de noir vêtue, la Fée d’Hiver va nous glacer le sang. Accompagnée du pianiste Aristide Truand, queue-de-pie & toucher tranchant, sa voix grave égrènera les histoires sombres et véridiques tirées de journaux qu’elle épluche comme d’autres épluchent les petits enfants. Mais si elle évoque Landru, les bébés qu’on stocke dans les congélateurs ou qu’on laisse cuire à l’étuvée dans la voiture, ce n’est pas – rassurez-vous ! – par intérêt morbide. Non, la Fée d’Hiver veut interroger de façon grinçante les abjectes pulsions, les sinistres errements de nos contemporains. Surtout, elle veut nous consoler de médias qui manquent de poésie. Cruellement !

 

Un soir au club

Un soir au club
Jean Achache | fiction | France | 2009 | 90 min
avec Thierry Hancisse, Elise Caron

Accompagnement musical en direct par les musiciens
du Tria Lingvo :

Johannes Lemke (saxophone)
André Nendza (contrebasse)
Christophe Hillmann (batterie)

Trois musiciens, trois personnalités, un seul livre. Une suite, trois mouvements. L’idée est de combiner des interprétations musicales de scènes du roman de Christian Gailly avec des extraits de l’adaptation cinématographique de Jean Achache.

Qui ne connait pas ce désir antique de nouveau départ, à un tournant de sa vie ? Simon Nardis, ingénieur parisien, aide un collègue dans une station balnéaire sur la côte Atlantique. Pour tuer le temps jusqu’au départ de son train, ils vont tous deux au club de jazz du coin. Un jeune trio américain joue. Simon, ancien pianiste de jazz, n’a touché aucun piano depuis dix ans, ni aucun alcool… Et Simon boit un premier verre, se retrouve au piano, joue quelques accords.  La chanteuse de jazz Debbie Parker le reconnaît à son style de jeu…

nov-03_muzzix_ci-ne-concert-un-so-ir-au-club-colifilms-diffusionnov-03_muzzix_cine-concert_tria-lingvo_pressefoto_copyright_ba-jpeg_web

+ d’infos :
►l’événement facebook
►le site de Muzzix

 

ciné-concert > Le Dernier des Hommes

Le Dernier des Hommes
Friedrich Wilhelm Murnau | fiction | All. | 1924 | 100 min

Accompagnement musical en direct
par les musiciens du groupe TOC :
Jérémie Ternoy (Fender Rhodes), Ivann Cruz (guitare), Peter Orins (batterie)

Le portier du Grand Hôtel Atlantic est un homme important et admiré de tous, ainsi qu’en atteste la magnifique livrée dont il est revêtu. Mais un jour, le directeur de l’hôtel décide que le vieux portier a fait son temps et lui annonce sans ménagement que le moment est venu pour lui de céder la place.
Il le dépouille de la livrée qui est toute sa raison d’être et le relègue à l’entretien des toilettes.
Abattu, humilié, le pauvre homme revient le soir même pour s’emparer en cachette du vêtement et s’en revêtir afin de ne pas paraître diminué devant les gens de son quartier…

+ d’infos : le site du collectif Muzzix

oct 18_MUZZIX_le dernier-des-hommes_03_web

oct 18_MUZZIX_le dernier-des-hommes_02_web

Nawal et les femmes de la lune

Nawal et les femmes de la lune

Eric Münch, François Kotlarski | docu | France, Comores | 2015 | 70 min

– en présence de de l’artiste franco-comorienne Nawal-

Cesaria Evora pour le Cap Vert, Mercedes Sosa pour l’Argentine, Miriam Makeba pour l’Afrique du Sud, … ces sont les femmes qui incarnent la voix de leur peuple se tenant debout par la force du chant et de la poésie. Le petit archipel des Comores, situé entre Madagascar et le Mozambique, a lui aussi une femme qui porte ses histoires singulières et universelles. Elle s’appelle, Nawal.

Avec son “afro-soufi-gospel”, Nawal est la voix des Comores. L’ONU la nomme en 2014 ‘Ambassadrice de bonne volonté’ pour son archipel. Native de l’île de Moroni, Nawal entreprend plusieurs voyages dans l’Archipel (Grand Comores, Moheli, Mayotte) pour retrouver ce qui reste des anciennes traditions soufies auprès de quelques femmes initiées : les Femmes de la Lune.
Le film propose un portait intime de cette artiste franco-comorienne à travers les étapes de sa dernière création avec les femmes de Mayotte.

Suivi d’une rencontre
juin 19_ATTACAFA-LES FEMMES D E LA LUNE_web

KEZN

KEZN
Barbara Dang (son, électronique)
Lionel Palun (lumière, électronique)
Gordon Pym (son, électronique)

Deux créations sont au programme de la soirée :

Dans kzWM une même source est utilisée pour le son et la lumière projetés : un récipient rempli d’eau. Une première forme sur écran télé pour petit comité (10 personnes à la fois) a déjà été présentée. Voici en avant-première la version en grand écran.

kzRM se crée à partir des échanges électroniques entre télé, radios et petits synthétiseurs, une forme d’exploration improvisée des interférences provoquées.

+ d’infos :
le site de Muzzix
le site de KEZN

juin 14 _ MUZZIX _Kzen_web

CINÉ-CONCERT >Fatty se déchaîne !

// CINÉ-CONCERT //

Fatty se déchaîne !
3 burlesques avec Buster Keaton et Roscoe Arbuckle

En résidence de création les 18, 19 et 20 février.
Restitution le samedi 20 février à 17h00

Mise en musique :
Stefan Orins (piano)
Eric Navet (percussions, vibraphone)
musiciens du collectif Muzzix

La musique au service du film, telle est la démarche de Stefan Orins et Eric Navet. L’image y est sonore, rythmée d’une foule de gestes et d’acrobaties. Les musiciens font parler les images, soulignent chaque détail, chaque geste, et suivent “à la note” les péripéties de Buster Keaton . L’ensemble vibraphone-percussions-piano offre de nombreuses possibilités mélodiques et rythmiques et permet de souligner toutes les expressions et situations…

Les trois courts métrages :

Buster Keaton et Roscoe Arbuckle forment incontestablement le duo comique populaire des années 10.
Keaton apprend au côté de l’immense star « Fatty » Arbuckle tous les rouages du cinéma. Ses gags précis et drolatiques impressionnent et ses apparitions à l’écran se multiplient. Ensemble ils réalisent 13 courts-métrages où la beauté émerge du burlesque : on assiste éblouis à la naissance d’un maître.

Fatty boucher (The Butcher Boy)
Roscoe Arbuckle / burlesque / USA / 1917 / 24 min
avec Buster Keaton, dont c’est la première apparition !
Fatty est boucher dans un magasin général d’alimentation. Amoureux d’Amanda, la caissière et la fille du patron, il a pour rival Slim, le premier vendeur…

Fatty rival de Picratt (Love)
Roscoe Arbuckle / burlesque / USA / 1919 / 23 min
avec Buster Keaton
Fatty est amoureux de Winnie, la fille du fermier voisin. Mais Al Clove aime également la jeune fille, et se verra être le favori du père de Winnie.

Fatty à la clinique (Good Night, Nurse)
Roscoe Arbuckle / burlesque / USA / 1918 / 26 min
avec Buster Keaton
Une fois de plus, Fatty rentre saoul chez lui. Sa femme le place dans une maison de santé afin de le guérir de son vice.

 

Les 120 jours

Les 120 jours
Michel Chion / Lionel Marchetti / Jérôme Nœtinger
Suite pour écoute acousmatique | France | 1997/98 | 110 min (en 2 parties)

Michel Chion, Lionel Marchetti et Jérôme Noetinger proposent une musique dont l’incongruïté fascine. Pour «Les 120 jours», ils rassemblent une masse commune de sons d’origines multiples, que chacun a travaillés, transformés, recomposés avec son style propre. Ils nous donnent ainsi à entendre une écriture musicale sous forme de citations-collages, qu’ils nomment aussi, pour l’occasion, un détournement concret.

Musique concrète composée en 1997-98 / Montage final réalisé aux studios du CFMI de Lyon / Création le 16 mai 1998 au Festival Musique Action de Vandoeuvre-Les-Nancy

+ d’infos : le site de Muzzix

CINE-CONCERT “Jerusalem In My Heart”

Jerusalem In My Heart
Performance musique live /projections 16mm

Jerusalem in My Heart, tout droit venu de Montréal, est la rencontre entre la musique et le chant hypnotique de Radwan Moumneh co-fondateur du studio Hotel2Tango et les projections 16mm du cinéaste expérimental Charles-André Coderre, membre du labo Double Négatif. Le voyage promet d’être renversant…

“JERUSALEM IN MY HEART est un mystérieux projet musical mêlant langue arabe contemporaine et musique électronique avec des projections vidéos en 16mm et un travail sur les lumières et l’espace. Et à l’écoute du résultat, il n’y avait que Constellation Records pour capturer un tel phénomène.”

Radwan Ghazi Moumneh : activiste de la scène indie de Montréal né au Liban. Membre de plusieurs groupes de punk dans les nineties, il s’est aussi fait connaître comme soundman, producteur et co-fondateur du studio Hotel2Tango où sont passés A Silver Mt Zion, Arcade Fire, Colin Stetson, Godspeed et bien d’autres. Aux Antipodes, Moumneh travaille aussi à Beyrouth où il passe plusieurs mois par an sur des projets expérimentaux.

Charles-André Coderre fait partie de ces jeunes artistes visuels qui souhaitent revaloriser le travail manuel et le potentiel artistique inhérents aux différents formats de pellicules cinématographiques.

nov-04_-LABO_jerusalem-in--my-heart

+ d’infos :  le facebook du projet Jerusalem In My Heart

Résa conseillée : labo.lunivers@gmail.com
Sur place : buvette

CINE CONCERT “Carnival of Souls “

Carnival of Souls
Herk Harvey │ fiction │ USA │ 1962 │78 min
MISE EN MUSIQUE par Benjamin Collier & Olivier Desmulliez

– Unique film étrange et fantastique du réalisateur Herk Harvey –

À la suite d’une course automobile improvisée, un véhicule et ses passagers tombe d’un pont et s’enfonce dans une rivière. Seule Mary en réchappe, ou semble en réchapper…Revenue en ville, elle part s’installer à Salt Lake City, mais des évènements étranges surviennent bientôt…

Il y a parfois des films qui sont des étoiles filantes, des météores isolées dans la galaxie cinéma. Initialement tourné pour être diffusé dans le circuit des drive in aux États-Unis, Carnival of souls fait un bide à sa sortie et est rapidement oublié. Redécouvert peu à peu, influençant les plus grands (Eraserhead de David Lynch n’aurait peut-être pas été le même sans le «petit» film de Herk Harvey), Carnival of Souls est un film culte des années 60.

Pang : le show 100% bio

Pang : le show 100% bio
Programme de clips musicaux du groupe de rap PANG 2012-2014 | Produit par Pépinière Productions
– en exclusivité –

A travers ses clips musicaux et ses sketches délurés, PANG revisite les alternatives écologiques dans un show haut en couleurs peuplé de personnages variés. Ils surprennent par leur humour belge, leur bagout français et leur shitake japonais. Chacun sa carotte et chacun son poireau, personne qui poireaute personne qui reste sur le carreau !
PANG, groupe bruxellois de rap 100% bio déjanté, va vous en mettre plein la vue et les oreilles avec son nouveau spectacle‑concert célébrant les alternatives. Une occasion unique de chanter et danser de façon durable et écologique. Etes-vous prêt à affronter l’Univers du Futur des Possibles ?

Suivi et précédé de DJ Monkeymix et d’une démo de beatbox

CINE-MUSIQUE > Antichambre

Antichambre
Félix Létot | expérimental | France | 2015 | 18 min
Création | Sélection officielle « Short Film Corner » Cannes 2015

ANTICHAMBRE est un court-métrage composé d’un seul plan totalement muet. L’intégralité de la bande sonore sera créée en direct par deux musiciens, dont le réalisateur lui-même.
Charles se prépare pour le dernier acte de sa vie. Devant le miroir où il maquille les marques d’une mort proche, ses traits se confondent inévitablement avec ceux de Marcel. Céleste, sa gouvernante, assiste l’auteur dans le dernier souffle de son personnage.

Suivi d’autres courts métrages

 

VIDEO CONCERT > Tamazouj Palestine project

 VIDÉO CONCERT 

TAMAZOUJ
Palestine PROJECT
Collectif TAMAZOUJ | étape de travail : 1h

Des musiciens lillois reviennent de 10 jours à Naplouse (Cisjordanie). Ils ont filmé la ville, la cuisine locale, des musiciens, des danseurs et travaillé à leur retour à mélanger leurs compositions à ces atmosphères orientales… Inspirée du compositeur-vidéaste, Christophe Chassol, cette aventure mêlant vidéo et musique fait suite à 3 jours de résidence au cinéma l’Univers et réunit 5 musiciens sur scène. Objectif : respirer la culture palestinienne et le Proche-Orient.

Suivi d’une discussion

Vizix#03 : Lionel Palun & David Bausseron

Vizix#03
Lionel Palun & David Bausseron

Les soirées Vizix créent la rencontre entre un vidéaste et un musicien, l’alliance entre la vidéo et la musique.
L’objectif est constant : réussir à faire communiquer l’image et le son à travers un réel échange, qu’il soit analogique ou numérique, par la caméra, le micro, l’outil informatique, la transformation des données visuelles en son et vice versa.
Pour cette troisième édition, l’électro-vidéaste Lionel Palun rencontre le guitariste et manipulateur d’objets David Bausseron. La soirée se répartit en deux moments distincts. Une première partie sous forme d’un théâtre d’actions sonores et ombres chinoises (analogique), où les actions physiques rencontreront la mémoire de films familiaux tournés en 9,5mm dans les années 50. La seconde partie proposera un théâtre filmé de manipulation d’objets et de mini guitare préparée, numérique cette fois.

Gaëlle Rouard : Juke Film Box + Kezn

Gaëlle Rouard : Juke Film Box
+ Kezn [première partie]

Juke Film Box de Gaëlle Rouard
Performance pour 2 projecteurs et films 16 mm
«Le projo c’est un instrument, le film une matière.» Gaëlle Rouard est une cinéaste versée en chimie sur pellicule, qui a mis au point plusieurs procédés de traitement et développé un jeu d’instrumentiste sur projecteur 16 mm. Elle jouera quelques pépites argentiques issues de sa Juke Box.

Programme -dans le désordre et susceptible de modification –
Paf le chien, Moby Dick, Ogres, Hélicoptères, Unter, Zooscopie, et Pas de titre !

+ d’infos sur Gaëlle Rouard [ page viméo]

nov _MUZZIX_gaelle  rouard_ BD

Kezn
Barbara Dang | son, objets, claviers
Lionel Palun  | lumière, objets, caméra, vidéo
Gordon Pym | son, objets, électronique

En première partie de cette soirée, retrouvez le trio Kezn. Le projet de Kezn est de reprendre dans le répertoire de la musique expérimentale des processus de compositions remarquables, et d’en déduire un équivalent visuel. Il ne s’agit pas de fournir des images pour une musique, ni de visualiser des effets musicaux, mais de traiter le son et la lumière par un procédé unique. Les contraintes liées à chaque milieu et à nos sens déterminent les contours de cette analogie.

Programme
Fontana Mix – John Cage
Montana Fix – Kezn

+ d’infos sur le projet Kezn

KEZN_©Kezn_HD_ BD

 

IMAGES & MUSIQUE > Une Page Folle

Une page folle [Kurutta Ippēji]
T. Kinugasa | fiction exp. | Japon | 1926 | 60 min

mis en musique par CroCus
CroCus est un duo sax-machines composé de membres des collectifs Déga ! et Muzzix. De longues plages improvisées et planantes s’étirent sur les images du film.
JB RUBIN : saxophone, effets
GILLES GAUVIN : électronique, effets
L’histoire est celle d’un vieux marin devenu employé d’un hôpital psychiatrique afin de favoriser l’évasion de sa femmeinternée. Les images de ses souvenirs, actions et espoirs se succèdent à l’écran sans réel lien narratif. Superbes, elles s’emballent et se bousculent aux gré des maux du marin et de ceux des aliénés. Leurs folies sont prétexte à des déformations et des trucages expérimentaux qu’un montage incroyable lie magistralement entre eux.

Une page folle un chef‑d’œuvre de l’avant-garde japonaise du cinéma muet.

a page of madness 01_ BD

Projet « Kezn »

Kezn

Le projet de Kezn est de reprendre dans le répertoire de la musique expérimentale des processus de compositions remarquables,
et d’en déduire un équivalent visuel.

Il ne s’agit pas de fournir des images pour une musique, ni de visualiser des effets musicaux, mais de traiter le son et la lumière par un procédé unique. Les contraintes liées à chaque milieu et à nos sens déterminent les contours
de cette analogie.

programme

Cartridge Music | John Cage

Pendulum Music | Steve Reich

Fontana Mix | John Cage

I’m sitting in a room | Alvin Lucier

artistes

Barbara Dang | son, objets, claviers

Lionel Palun | lumière, objets, caméra, vidéo

Gordon Pym | son, objets, électronique

CINE MUSIC > Vizix #02

Vizix #02

Les soirées Vizix sont un concept nouveau, en partenariat avec le cinéma l’Univers et 720 Digital : elles créent la rencontre entre un vidéaste et un musicien, l’alliance entre la vidéo et la musique. L’objectif est constant : réussir à faire communiquer l’image et le son à travers un réel échange, qu’il soit analogique ou numérique, par la caméra, le micro, l’outil informatique, la transformation des données visuelles en son et vice versa

En première partie dans le cadre du CrimCrum #21

Bi-Ki?

Sakina Abdou, J-B Rubin  [ Duo de saxophones altos ]

Vizix

Lionel Palun / Peter Orins

Pour cette deuxième édition, l’électro-vidéaste Lionel Palun rencontre le musicien Peter Orins. Après trois jours de résidence à l’Univers, ils proposent une représentation-performance unique : «Musique et images vont se fondre en une unique matière vibrante, percussive et organique.»

CINE MUSIK > soirée clips

Soirée clips

Programme de courts musicaux

Découverte musicale en images, à travers la diffusion de clips musicaux principalement axés vers les univers foisonnants du Hip-hop / Trip-hop / Rock progressif. A la découverte d’artistes talentueux et encore sous les radars de la popularité !

// NOUVEAU RDV // Vizix #01

Vizix #01

Les soirées Vizix sont un concept nouveau, en partenariat avec le cinéma l’Univers et 720 Digital : elles créent la rencontre entre un vidéaste et un musicien, l’alliance entre la vidéo et la musique. L’objectif est constant : réussir à faire communiquer l’image et le son à travers un réel échange, qu’il soit analogique ou numérique, par la caméra, le micro, l’outil informatique, la transformation des données visuelles en son et vice versa

Lionel Palun et  Patrick Guionnet

Pour cette première édition, l’électro-vidéaste Lionel Palun rencontre le performeur Patrick Guionnet (sons et corps en tous genres). Après 4 jours de résidence  à l’Univers, ils proposent une représentation-performance unique. « Le parti-pris a été de ne rien préparer en amont et de concentrer le travail sur les quatre jours de résidence à l’Univers. La visite du lieu nous a orienté vers quatre sujets principaux : lumière, couleur, paysage et perception. »

********

Lionel Palun a un parcours universitaire de docteur-ingénieur en physique. Il a travaillé 2 ans comme enseignant chercheur à Grenoble. Après une rencontre avec la danse contemporaine et en particulier le travail de la Cie Pascoli, il bifurque vers une recherche singulière autour du rapport entre l’image et la scène, visant à faire de ce média un acteur à part entière du spectacle, au même titre que la danse, le texte, le son ou la lumière. Lionel Palun est co-fondateur de l’association 720 Digital, membre de la collégiale du 102, membre du comité de rédaction du magazine trimestriel Revue & Corrigée et a été membre pendant 5 ans du conseil d’administration de CitéDanse. Il tourne aujourd’hui avec de nombreuses pièces et improvisations : Projet D.I avec la danseuse Delphine Dolce, Supercolor avec le musicien Jérôme Noetinger, Filmbase avec le cinéaste Etienne Caire, Mire Orchestre de tables de mixage vidéo avec les plasticiennes Djamila Daddi-Addoum et Alice Predour ainsi que son solo, Palundrome.

********

Patrick Guionnet propose un parcours singulier dans le monde du spectacle vivant. Pur autodidacte, il est à la fois clown , chanteur, ou plutôt “joueur de voix”, dans différentes formations Lilloise (“Mafalpa”, “La Pieuvre” , “One DPI” ou “Les Princes De l’Univers”) et danseur, ou plutôt “joueur de corps” pour les compagnies “Intro Visu” (Jean Luc Caramelle), “la Spirale de Caroline” (Olivia Grandville) et “Hop Là Nous Vivons” (Corine Petitpierre et Yvan Clédat)…Sans véritable technique mais possédant une véritable énergie, Patrick Guionnet se considère avant tout comme un improvisateur performeur cherchant toujours à développer et mettre en avant l’intimité qui peut exister entre des improvisateurs et autant que faire se peut, toucher celle du pulic.”

CINE MUSIC > concert “Narrow Terence” + docu-fiction

CONCERT

Narrow Terence

piano, guitare acoustique, basse, farfisa, Vibraphone, violon, trombone, batterie aux balais| concert accoustique | 60 min
Narrow Terence est un groupe français articulé autour de deux frères. Au fil des années, ils se sont entourés de musiciens aventureux. Voix rocailleuse, chansons qui évoquent souvent le meurtre et la culpabilité,  paysages musicaux riches, aspect très cinématographique des titres…On pense à Tom Waits, Calexico, Nick Cave…Tout cela donne à l’ensemble des allures d’odyssée.

PROJECTION

Violence with benefits

Gabin Rivoire, Antoine Gazaniol | docu-fiction | France | 2012 | 28 min
Selon les propres mots du groupe, «à l’issue d’une affaire judiciaire les impliquant», les chansons de leur dernier album Violence with benefits ont dû être enregistrées dans une chapelle baroque de l’école de musique d’Apt dans le Vaucluse. Ce court docu-fiction relate l’affaire et l’enregistrement…

CINE MUSIC // John Cage

One11 and 103
John Cage, produit et réalisé par Henning Lohner | USA | 1992 | 92 min

One11 est un film complètement  fascinant, une expérience cinématographique unique pour le spectateur. Et pourtant c’est un film sans sujet, sans personnage, sans histoire, et sans intention : juste de la lumière filmée qui évolue selon une partition très précisément écrite par John Cage. Écrit l’année de sa mort, One11 est en quelque sorte la transposition visuelle des travaux de Cage depuis les années 50 sur les rapports entre musique et silence. Le film est accompagné ici de 103, une pièce orchestrale  de 1991 pour 103 instruments qui contribue à la beauté et à la sérénité du film, lui conférant presque un caractère hypnotique.

JOURNEES DU PATRIMOINE // ciné-concert (à partir de 6 ans)!

Fables

Ladislas Starewitch | anim | 1922-1932 | 69 min
Mis en musique par :
Yanick Donnet – guitare, laptop, sampling
Lisa Lefort – violoncelle, sampling, voix

Programme de cinq films réalisés par Ladislas Starewitchd’après les Fables de la Fontaine. Cinq histoires où l’on retrouve la fantaisie,
l’humour, l’espièglerie et la tendresse de ce pionnier du cinéma d’animation, ainsi que ses différentes influences : La Fontaine, le Moyen âge, les contes, les insectes… Le programme se termine par un court documentaire (« Comment naît et s’anime une ciné-marionnette »), qui revient sur le processus de création de Starewitch et sa fille Irène.

Pour contraster avec les mélodies issues des instruments numériques de Yannick Donet , Lisa Lefort ajoute l’ampleur de son violoncelle manipulé par des effets et des techniques de sampling, ainsi que sa maîtrise vocale de conteuse, pour respecter la narration et la compréhension des histoires filmées. Le duo vise le juste équilibre entre composition actuelle et images d’un autre temps.

A NOTER : Fables a été créée en partie au cinéma l’Univers en juin , octobre 2011 et février 2012.



ciné-musik : carte blanche à FAKE FOUR

Fake Four

Programme de 40 min avec entracte
Soirée découverte d’un label américain résolument tourné vers un hip hop de qualité, souvent engagé, accompagné de clips vidéo loin de l’image commerciale et faussée de cette musique.

Avec notamment des clips de :
Sole & the Skyrider, Ceschi, David Ramos, Paranoid Castle, Dark time sunshine, Mad Gregs, Pretend you’re happy, Myka 9…

+ d’infos : le site du label Fake Four


autour de Sarah Clénet & le collectif Le Sémaphone

Le programme est composé d’oeuvres du Sémaphone et des films courts d’esthétiques variées, en résonance avec Vertiges en entonnoir, nouvelle pièce acousmatique de Sarah Clénet.

Projection sonore en 12 voies par Denis Streibig et Sarah Clénet
Filigrane | vidéo : M. Devaux, H. Ustaze | mus.: S. Clénet | 4 min

21 octobre | vidéo : W. Haddad d’après Ibtasim | (Souris) poème d’Ilya Abu Madi | 4min10

Parages | vidéo : Laszlho Sefcick | mus. : S. Clénet | 5 min

L’instant d’avant | vidéo : Olivier Chaté | mus. :Anne-ClaudeIger | 4min

Lignines | mus. et photo : Denis Streibig | 4min 51

Transfert | Rosa Parlato | 7 min

Louisa’s song | Vincent Guérin | 5 min

La bulle intacte sur ses lèvres | P. Gorny | 4 min 55

Vertiges en entonnoir | Sarah Clénet | 16 min 41

Hokéa express | Denis Streibig | 1999 | 8 min 43

Luminétudes | Ivo Malec | 1968 | 12 min 25

SARAH CLENET / Contrebassiste, compositrice, et enseignante, Sarah Clénet (1977) est basée à Lille. Elle collabore avec différentes formations de musiques improvisées ( Martine à la plage, L’Ensemble Sumo, Fatrassons) et aux côtés de compagnies de théâtres et de danse contemporaine (La chaise à quatre pieds, Temps Zéro, La quadrille des homards …). En 2005, elle mène un projet de résidence artistique en Palestine, projet à l’initiative de l’Ensemble Ictus, soutenu par l’AFAA et la ville de Lille. Il donnera jour à Moumkin, pièce de théâtre musicale, jouée par douze enfants palestiniens lors de sa création en juin 2006 à l’Opéra de Lille. Intéressée par la musique acousmatique et les nouvelles technologies, elle s’est formée au studio d’Art Zoyd auprès d’André Serre Milan et Carl Faia. Elle a rejoint le Sémaphone, collectif de compositeurs du Nord Pas de Calais en 2008. Ses pièces sont diffusées sur France Musique, au festival SONOR (Lieu Unique, Nantes), à Sonoscopie (Phénix, Valenciennes), au Festival Muzzix (Gare Saint-Sauveur, Lille). Vertige en entonnoir sa nouvelle pièce d’acousmatique, commande de l’Ina GRM, a été créée lors d’Akousma en janvier 2012 à Paris. Les compositions de Sarah Clénet mêlent étroitement écriture poétique et paroles recueillies, matière bruitiste et électronique.

LE SEMAPHONE / L’association est un centre de projets culturels dont l’objectif est de favoriser la création musicale selon une perspective contemporaine. Lieu de concertation, de travail et de recherche artistique, elle souhaite promouvoir la connaissance de la musique savante d’aujourd’hui et de ses compositeurs. Elle organise pour cela des concerts et participe à des manifestations artistiques en partenariat avec des institutions culturelles régionales, nationales et internationales. Le Sémaphone promeut donc des artistes du Nord, compositeurs et interprètes, en les soutenant dans leurs projets de création (qu’il s’agisse de musique acousmatique, instrumentale et/ou vocale, de musique mixte, voire d’œuvres audiovisuelles ou de spectacles) ; il travaille aussi avec des musiciens extérieurs et professionnels afin d’établir un véritable échange entre musiciens ainsi qu’entre les artistes et le public. C’est une structure utile tant aux projets communs qu’aux projets particuliers de chaque artiste qui en est membre.


ANNULATION // ciné slam : “Mars Attaque”

oups…la soirée est annulée…

Scène ouverte slam/rap du Synecrou, rythmée par des extraits de films, docus, vidéos de création… Pour un dialogue poétique entre paroles et images !

Mars attaque !

C’est le printemps, les abeilles sirotent de l’hydromel en terrasse pendant que Chuck Norris court nu, poursuivi par des mutants moustachus en maillot de corps entourés d’acteurs turcs doublés en danois. Le synecrou perce ses bourgeons et fait couler la sève d’une nouvelle équinoxe.

Featuring Mc JM Larqué, Les pistils boys et Herbert Ghetto.

ciné musik > Annulations Comprises

Annulations comprises

Autour de Franck Gourdien et Jean-Luc Guionnet
Franck Gourdien et Jean-Luc Guionnet travaillent régulièrement ensemble, tout deux engagés dans une approche expérimentale de leur pratique.

Le premier réalise des films courts qui sont des essais audio-visuels autonomes. Chaque film fait l’objet d’une création sonore de collaborateurs musiciens. Tout montage final est le fruit d’une improvisation contrôlée (qui se résumerait à ne pas écrire l’ensemble du film au préalable). Ce qui induit de ne pas boucler le film dans une forme convenue; d’où le terme revendiqué d’essai. Le sens n’est pas acquis d’avance. Et en retour, la probabilité que le spectateur fasse un film avec le film (laissé entrouvert) serait plus haute.

Le second est compositeur, improvisateur (saxophone, orgues, électronique) et producteur radio. Il aime à dialoguer avec des artistes de différentes disciplines (danseurs, écrivains, philosophes, performeurs, acteurs, vidéastes).

Programme

Ce qui me prit
vidéo-texte, 25’, coul. et N&B, 2004-2008 – Musique originale de Jean-Luc Guionnet
De l’écrit à l’écran : un micro-texte apparaît : Plus je regarde ; puis le second : Mais ce qui me prit. Coupes entre les fragments de texte : des paysages sous influences. Les textes évoquent des moments de perception confuse où le flou semble l’emporter sur la signification exacte de ce qui ce serait passé, pris dans le rythme et la couleur de la bande-son originale.

Dévoyage
essai vidéo, 20’, coul. et N&B, 2011 – Son de Loïc Blairon – Images : Alban Mannisi, Franck Gourdien
Plongée dans une mégalopole asiatique (Séoul de nos jours), cet essai tente d’opposer à la lourdeur envahissante actuelle un brin de légèreté. Ce flux saturé d’images urbaines trouve ainsi quelques moment-écluses, notamment dans la photographie qui encadre le film d’une jeune femme coréenne prise en 1958 par Chris Marker. Ce film, qui ne se veut ni plainte ni réquisitoire, est une peinture certes subjective de ce qui a lieu mais peut-être un fragment microscopique de l’état des lieux. La bande-son originale réserve au flux filmique des ponctuations et des espaces parallèles de résonance propres à réfléchir ce que l’on entend par voir.

Non-Organic Bias
Composition électro acoustique, 21′ 31”,  de Jean-Luc Guionnet.

No Solo
Composition électro acoustique, 19′ 34”  de Jean-Luc Guionnet.
(projection  électro-acoustique par le compositeur)

l’impropriation
essai vidéo, 19’, coul., 2006-2011
Bande-son de Benjamin
Duboc

Si le travail n’est pas considéré comme une « occupation personnelle » (Code du travail), en quoi le temps passé à travailler demeure-t-il propre à celui qui s’y plie ? L’impropriation est un néologisme qui pointe cette expropriation du temps personnel de l’employé au profit de l’employeur et, implicitement, une définition radicalement réductrice du « temps » et du « travail ». L’employé est ici incarné par une sorte de gardien du vide interprété par le réalisateur sur le lieu de son gagne-pain. Ce film est servi par une auto-mise-en-scène permise par la discrétion du téléphone portable et une bande-son originale composée de deux parties distinctes et implacables.

CINE MUSIC / clips Trip Hop

Ouvrez yeux et oreilles sur le monde bouillonnant du trip hop avec cette sélection de vidéos d’artistes indépendants et très talentueux, dont la musique et l’univers visuel valent vraiment le détour !

CINE-CONCERT “Berlin, symphonie d’une grande ville”

AVANT-PROGRAMME
pièces électroacoustiques et court-métrages

CINE-CONCERT

Berlin, symphonie d’une grande ville

Walter Ruttman | docu créa | All. | 1927 | 63 min
Mis en musique par : Sébastien Beaumont (guitare) et Falter Bramnk (clavier, échantillonneur électronique)

Issue du mouvement artistique de la Nouvelle Objectivité, Berlin, symphonie d’une grande ville est sans doute la première «œuvre d’art totale» de l’histoire du cinéma. Réalisée en 1927 cette symphonie en cinq actes et 24 heures rend hommage à la métropole allemande des années 1920, alors en plein essor.


[En partenariat avec le Goethe Institut et le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement du Nord]


Les Journées du patrimoine (après-midi)

Le frigo et la Baleine

Edward F. Cline, Buster Keaton | fiction |USA | 1923 | 20 min de film + 30 min d’animation
Mis en musique par : Eric Navet (percussions) et Stefan Orins (clavier)
Par dépit amoureux, Buster décide de partir sur son frêle esquif, sans but précis. En pleine mer, à bout de vivres, il est recueilli par une baleinière dont le capitaine est particulièrement dur et cruel avec ses matelots…
Suivi d’une animation en salle avec les musiciens : présentation des instruments, rôle de la musique sur les images avec une même séquence rejouée avec des mélodies différentes…

[ciné cycle 2/5] CITY IN YOUR EYES

COURT Plot Point
Nicolas Provost │ exp │ Fr. │ 2007 │ 15 min
Un New York tendu au maximum, des flics à chaque coin de rue. Image dérobée, musique hollywoodienne, la tension sécuritaire monte d’un cran.

++++++++

Crossing the bridge

Fatih Akin |docu musical|All|2009 |60 min
Une vision de la ville d’Istanbul à travers la musique qui y est actuellement produite. La caméra accompagne un musicien expérimental allemand, à travers la ville d’Istanbul. En le suivant, on effectue un véritable voyage sensoriel dans un ville aux visages multiples où la musique est omniprésente.

[ ciné musik] Carnivals of souls

CINE CONCERT

Carnival of souls

Herk Harvey│fiction│USA│1962│78 min

– Unique film étrange et fantastique du réalisateur Herk Harvey –

À la suite d’une course de voitures improvisée, un véhicule transportant trois jeunes femmes tombe d’un pont et s’enfonce dans une rivière. Unique rescapée, Mary part s’installer à Salt Lake City, mais des évènements étranges surviennent bientôt, apparitions surnaturelles, visions cadavériques et autres musiques sacrilèges… le tout dans des lieux à la beauté plastique impressionnante !

MIS EN MUSIQUE par David Thomas & Two pale boys
DAVID THOMAS (chanteur de Père Ubu)
ANDY DIAGRAM (Spaceheads, Pale Fountains…)
KEITH MOLINE (Père Ubu, Infi del…)

Les trois acolytes créent pour ce film culte une bande son inédite, transversale et insolite, détournant souvent avec humour les dialogues de John Clifford et la musique de Gene Moore.


[ programmation imaginée par BP ]

[ ciné musik ] “Häxan” + performance de Chéri-Chéri

CINE

Häxan, la sorcellerie à travers les âges

Benjamin Christensen │fiction│Dan./Suède │16mm │1922│87 min
Version sonorisée avec la voix de Philippe Noiret et musique de Michel Portal.

Œuvre classique du septième art, Häxan défie le cinéma de l’époque et se tient comme une œuvre unique.  Il traite de la sorcellerie ouvrant la voie aux sous-genres dédiés aux sorcières et autres horreurs commises par l’inquisition. Ce film, à la fois inquiétant et terrifiant, se révèle comme l’un des plus beaux films fantastiques des années 20.

PERFORMANCE

Chéri-Chéri

Duo avec
General Zaza (guitare, voix, ordi)
et Riojim (16mm projector)

Cheri-Cheri, plagiat ou manifeste ?
Quel est l’intérêt de rajouter des images sur de la musique dansante ?
C’est pour faire comme tout le monde ?
Quid de la problématique du rapport son-image cher aux aficionados du peer-2-peer ? ( un divx avec le son décalé c’est romantique!)
En réalité le seul souci de Cheri-Cheri semble bien être ce bon vieux body-talking, et seraient les premiers à avoir mis en évidence le véritable boulevard nerveux constitué par la sphère rétino-popotin !

+ d’infos > le  myspace de Chéri-Chéri :
http://www.myspace.com/cheri-cheri

[programmation imaginée par Gérald Touillon]

[ ciné musik] Les mauvaises langues à ciel ouvert

séance 01 : 18h00
séance 02 : 20h30

Les mauvaises langues à ciel ouvert

Pierre-Antoine Carpentier │ docu musical │ France │ sortie nationale le 23 mai 2011 │ 76 min

– En présence du réalisateur et des musiciens des Mauvaises Langues –
Durant l’été 2010, le groupe lillois Les Mauvaises Langues se lance dans une aventure un peu folle : enregistrer les 12 chansons de leur 5ème album en plein air, dans 12 des plus beaux sites de la région Nord Pas-de-Calais. Une aventure humaine suivie pas à pas par les caméras de Pierre-Antoine Carpentier, avec, à la clef, un road movie musical frais et sincère. On a eu comme une envie de prendre l’air…

Suivi d’un mini-concert acoustique des Mauvaises Langues et rencontre avec le groupe.

Résa ( préciser l’heure de la séance ) :
lesmauvaiseslanguesaucinema@yahoo.fr

© Olivier Touron / Fedephoto

[ciné music] Hommage à la Révolution Tunisienne !

Soirée hommage à la Révolution Tunisienne

Voilà un hommage aux évènements révolutionnaires tunisiens de décembre 2010 et janvier 2011, hommage et solidarité avec un peuple qui se dresse contre l’oppression, l’inégalité, et pour sa liberté d’expression !

Un montage de photos (notamment d’OLIVIER TOURON, cf. photo ci-dessus) et d’extraits de films…

Musique inédite par  :

QUENTIN ROLLET
(Red Krayola, Paw Music, Prohibition, créateur du label Rectangle…)

PHILIPPE TESSIER
(Séville 82, Rio Cinema Orchestra, Hang Left Devil…)

LAURENT RIGAUT
(La Pieuvre, Luzerne, De Nouvelles Erreurs…)

RED
(Red, Séville 82, Nightcrawler, Hang Left Devil…)

DAVID BAUSSERON
(La Pieuvre, De Nouvelles Erreurs, Oublis Miniatures…)

Après la séance, la soirée continue chez nos voisins de La Rumeur, avec Dj Faccia Di Merda – aka Jacopo Andreini, batteur de l’Enfance Rouge !

[ programmation imaginée par BP ]
[ photo  © Olivier Touron / Fedephoto]

[ ciné-music] The soul of a man

À l’occasion du 100ème anniversaire du blues, Martin Scorsese a proposé à des cinéastes d’exprimer leur passion pour le blues. Le fi lm de Wim Wenders est le premier de la série de 7 documentaires.

The soul of a man

Wim Wenders │ docu-fi ction │ All. │ 2004 │ 100 min

Après avoir éveillé le globe à la musique latino via Buena Vista Social Club, le réalisateur Wim Wenders rend son hommage au blues en s’attardant sur trois bluesmen qui ont imprégné sa propre culture musicale : le pieu et aveugle Blind Willie Johnson, l’auteur du mythique Devil got my Woman, Skip James, et J.B. Lenoir, bluesman excentrique et engagé.

Le film raconte ces existences vouées à la musique à travers des reconstitutions – puissamment documentées et tournées à la manière des films muets de l’époque -, des images d’archives rares, des séquences documentaires à la première personne,…dans un docu-fiction entre tranche d’histoire et pèlerinage personnel du réalisateur mélomane.

La musique occupe une place prépondérante dans le film,  et outre l’utilisation des enregistrements originaux – grinçants et crachotants –, on retrouve des artistes contemporains fervents – Lou Reed, Marc Ribot, The Jon Spencer Blues Explosion, Nick Cave…– reprenant les standards de ce blues vital et essentiel.


[ ciné-music] Crossroad, la route du blues

Crossroad, la route du blues

John Doe │ docu-fi ction musical │ copyleft │ USA │ 90 min

Une nuit, un homme vend son âme au Diable en échange de la gloire. La renommée arrive vite, la malédiction aussi : Robert Johnson meurt après l’enregistrement de 29 chansons. La légende dit qu’il existerait un 30ème morceau. Robert « Bud » Johnson est un homonyme du Bluesman célèbre. Il rêve d’être celui qui trouvera ce morceau disparu et part à sa recherche sur les vieilles routes abandonnées et les champs de coton…

Film musical basé sur les légendes du guitariste noir Robert Johnson, mort mystérieusement en 1938. Vingt cinq clips musicaux pour voir et entendre le Blues des origines, acoustique ou électrique, entrecoupés de séquences de reconstitution où Bud rencontre les sbires du Diable qui tentent de l’empêcher de continuer sa quête.