vendredi 7 mars 2014

Partager sur Facebook Envoyer à un ami
19H00

Le Jardin de Jad


Dans le cadre de la Semaine Internationale contre l’Apartheid israélien // Le conflit israélo-palestinien vu à travers le quotidien compliqué d’une maison de retraite coupée du monde par le mur de sécurité. Une chronique empreinte d’humour et de mélancolie.

Le Jardin de Jad
Georgi Lazarevski | docu | France | 2007 | 60 min

A l’Est de Jerusalem, la construction du mur de séparation se poursuit à quelques mètres d’un hospice pour vieillards. Sa progression inéluctable et spectaculaire, sous les yeux des pensionnaires, les isole chaque jour un peu plus du monde des vivants et se fait l’écho de la mort qui approche. Pourtant, entre les murs et dans les jardins de Notre Dame des Douleurs, certains résistent encore dans le déni, la révolte, l’insouciance ou la nostalgie.

Fil conducteur de cette chronique, l’énigmatique Jad, un vieil homme éternellement coiffé d’un bonnet et toujours en vadrouille, nous guide dans cet environnement pris en tenaille. Par des petits riens – un camion coincé, des graffitis désabusés – le film suggère les tracas quotidiens de cette petite communauté coupée du reste du monde, la maison de retraite Notre-Dame-des-Douleurs, Jérusalem. À l’aide d’une petite échelle en bois, des femmes chargées de paquets franchissent les murets grillagés qui entourent l’hospice. À l’intérieur, Jamal s’affaire autour de monsieur Thomas, serviette et blaireau en main. « Je te jure, mon ami, c’est la galère pour venir ici », soupire-t-il. « Quand je te vois courir comme ça, ça me brise le cœur », compatit le vieil homme. La construction du mur de sécurité, qui passe juste devant l’entrée du bâtiment, ne facilite pas le quotidien du home. Comme celui-ci se retrouve en zone israélienne, de nombreux pensionnaires voient s’espacer les visites de leurs proches qui résident pour la plupart en Cisjordanie et peinent à obtenir des laissez-passer. Quant au personnel, il doit, à l’instar de Jamal, effectuer un parcours du combattant pour venir travailler..

Suivi d’une discussion

Informations
Tarifs : 3 euros
(infos tarifs)

Proposé par Génération Palestine